PAROLES DE CMM: INTERVIEW : Etre jeune et faire de la politique ? C'est possible !

mercredi 24 juin 2015

INTERVIEW : Etre jeune et faire de la politique ? C'est possible !



 

NOM : AUBIN 
PRÉNOM : ELLIOTT
AGE : 21 ANS 
FONCTION : Maire Adjoint du 1er arrondissement de Lyon
                       Conseiller national du Parti de Gauche
                       Étudiant en Lettres






------------------------------------------------------------------
U n  p e u  p l u s  s u r  E l l i o t t  A U B I N
 ------------------------------------------------------------------

Bonjour! Est-ce qu'on a la parole d'Elliott AUBIN ?
- Paroles d'Elliott Aubin !

Te décrire en 1 mot c’est possible ?
- Bonne question !

Pourquoi avoir accepté cette interview ?
- Pour parler politique!
 
De quelle manière est née ta passion pour la politique ?  Comment es-tu entré en politique ? 
- Plusieurs facteurs entrent en jeu. Une éducation dans une famille culturellement de gauche, un parcours scolaire dans l'école publique gratuite et laïque de la République, des rencontres, des indignations, des engagements, des luttes, des lectures, des campagnes …
 
Tu partages donc des valeurs communes avec Robert Badinter ? Est-ce ton modèle ?  
- J'ai découvert, Robert Badinter au travers de ses récits autobiographiques, à la suite d'un stage dans un cabinet d'avocat en 3ème. Et, je me suis pris de passion pour le combat qu'il a mené, c'est vrai. Grâce à lui, j'ai compris que l'outil « du politique » permettait de changer le monde. Donc effectivement, ce qu'il représente a été très influent dans mon engagement, bon après de là à me comparer à une groupie. J'ai eu la chance de le rencontrer récemment et de le lui dire. Même si pourtant, je ne partage pas toutes ses prises de positions. 

Comment expliquer ton rôle en tant qu'adjoint au maire ?
- Un élu d'arrondissement, c'est un élu, avant tout, de proximité et de terrain. Certains voudraient nous cantonner à un rôle de "guichetier" local, mais l'ambition affichée par l'équipe municipale dans laquelle je suis va bien au-delà d'une simple « gestion courante » basique. Et on a réussit en un an, à avancer sur l'aspect "gouvernance" de notre plan de mandat avec la création d'un conseil d'arrondissement des enfants, un observatoire des discriminations etc ... En parallèle de ça, avec nos services, on a effectué un long travail pour se dégager des marges de manœuvres nous permettant en quelque sorte d'aller au delà de nos compétences. Aujourd'hui, grâce au lien permanent qu'on entretient avec les habitants depuis la campagne, on a une réelle confiance dans nos futures grandes réalisations. 
 
Comment t'es tu préparé à ce rôle ? N'as tu pas douté de ta capacité à assumer ce statut vis à vis de ton jeune âge ?
- Ça s'est fait plutôt naturellement. Lyonnais depuis toujours, militant sur le terrain, et comme on a voulu constituer une liste à l'image de l'arrondissement, un arrondissement où résident énormément d'étudiants et de jeunes travailleurs, ma candidature semblait cohérente, et le résultat nous l'a prouvé.
 
Est-ce que tu as autant de crédibilité que les anciens déjà bien installés en politique ?
- La crédibilité ne se joue pas sur une question d'âge mais bel et bien sur une question de compétences et là-dessus, il n'y a que le travail qui compte !

Avec un statut comme le tien, comment ça se passe avec les jeunes de ton âge ?
- C'est à eux qu'il faut demander ! Pour moi, rien a changé, sauf la masse de travail peut être..

Peut on avoir une vie normale d'étudiant lambda quand on a de telles responsabilités ?
- Soirées et responsabilités ne sont pas incompatibles ! Au contraire ;)

Finalement, pourquoi avoir choisi d'étudier les lettres appliquées ? Dans quel objectif ?
- Passionné de littérature et de philosophie, j'ai la chance de pouvoir suivre des études qui me plaisent !


------------------------------------------------------------------
L a  p o l i t i q u e  e t  E l l i o t  A U B I N
 ------------------------------------------------------------------

Quel est l'homme politique du moment avec lequel tu partages le plus de « valeurs » ?
- Et pourquoi pas une femme ?
  
Plutôt Marine Lepen ou Nicolas Sarkozy ?
- Je vote blanc.

Si je te dis Valérie Trierweiler, qu’as-tu à me répondre ?
- Elle a été la première cam de France, cette mauvaise drogue dont les médias dépendent !

Vois-tu la politique comme un domaine accessible à tous ou simplement comme une vocation ?
- Par essence (polis = ville), la politique est affaire de tous, donc même si on fait le choix de ne pas s'y intéresser, elle, en permanence s’intéresse à nous et agit sur notre quotidien.

J'ai du mal avec ces notions de « vocation », de « don » … Le talent, c'est d'abord du travail !
 
Dans deux ans auront lieu les prochaines élections présidentielles, qu'as tu pensé jusque là du mandat de François Hollande ?
- Vous connaissez la chanson « Comme un avion sans aile ! » 

Après la diminution de la popularité de la gauche, penses tu que celle-ci a encore des atouts ou doit-elle  penser à redorer son image ? 
- Encore faudrait-il qu'on se mette d'accord sur ce qu'on entend par gauche. Les médias définissent le gouvernement comme un gouvernement de gauche, donc cela voudrait dire qu'avoir comme modèle politique l'austérité de Merkel plutôt que le courage de Tsipras, c'est mener une politique de gauche ?

Maintenant que l'électorat associe ce gouvernement au mot « gauche », on ne peut, nous Front de gauche, se dire de la « vraie gauche » ! Ça n'aurait aucun sens, voilà pourquoi, je pense qu'un retour aux fondamentaux et un travail sur la sémantique sont indispensables. Redéfinir le contour des termes, préférer la pensée à l'immédiateté, la réflexion à la précipitation, encourager le développement des initiatives citoyennes, proposer dans la concertation, renouveler la pratique politique, redonner du sens au mot "socialisme", être à la hauteur de l'enjeu écologique ... Bref, il n'y a pas besoin de s'auto-étiquetter de gauche pour être de gauche à l'inverse de certains qui s'auto-proclament républicain pour palier à un certain complexe ?

En toute sincérité et parce qu’on a ta parole, qui a de réelles chances, selon toi,  d’être élu en 2017 ?
- Je ne l'espère pas mais je crains que ce soit l'abstention.

Que proposerais-tu pour que « le vivre ensemble » soit davantage représenté par la jeunesse, pour que cette jeunesse aie plus de pouvoir dans la société à l'échelle locale ou nationale? Aujourd'hui bon nombre de jeunes ne croient plus en la politique, qu'aurais-tu à leur répondre ?
- La jeunesse ? C'est quoi ? Une période de la vie ? Jusqu'à quand ? Une classe sociale ?

Les "jeunes" ne croient plus en un système institutionnel et politique dépassé, peut-être. Qu'il y ait une résignation et un dégoût, je le conçois. Mais le débat politique, lui, qu'il soit virtuel sur les réseaux sociaux ou plus houleux sur le comptoir d'un bar reste ancré dans la culture et le patrimoine de notre pays. Assumons une citoyenneté active et responsable ! Si je me suis présenté à ces élections et si j'ai cherché à occupé des responsabilités, comme de nombreux autres jeunes, exemple d'Andréa Kotarac (26 ans et candidat aux régionales) c'est aussi pour montrer que les nouvelles générations sont légitimes à apporter des propositions et des réflexions qui vont dans l'intérêt de l'organisation de la cité. L'immobilisme n'a jamais rien prouvé.

                             
------------------------------------------------------------------
F i n a l e m e n t,
 ------------------------------------------------------------------

Quelle est le rêve et l'objectif d'un jeune homme, quand on s'appelle Elliott Aubin et qu'on est adjoint au maire du premier arrondissement de Lyon ?
- Que la République soit !

Dans 10 ans toujours dans la politique ?
- Difficile à  répondre à cette question ...

Penses-tu nous avoir convaincu à porter plus d’importance à la politique ?
- Y a intérêt, j'ai même des cartes d'adhésion à vous proposer là !

On inverse les rôles, une question pour nous ?
- Apéro ? Non plus sérieusement, qu'avez vous pensez du débat sur les liens médias/politique avec R. Dati, Reymond et Guiral ? 

Notre réponse : Quand tu veux pour l'apéro! Et très sincèrement, nous avons beaucoup aimé ce débat. C'était une très belle occasion pour nous de voir une confrontation politique VS politique, et politique VS journaliste sur le traitement médiatique

Un mot pour terminer ?  
- Merci pour cette interview et je souhaite une belle continuation à "Paroles de CMM" ! A bientôt !


Retrouvez dès maintenant Elliott sur les réseaux sociaux :  




paroles d'IRINA & KELLY
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire