PAROLES DE CMM: Qui a dit que bien s'habiller rimait avec "se ruiner" ?

vendredi 14 novembre 2014

Qui a dit que bien s'habiller rimait avec "se ruiner" ?


On le sait : la mode seconde-main est tendance. Tendance pour deux raisons : petit 1, le vintage est devenu le principal mot d'ordre de la mode, et petit 2, pouvoir se permettre d'acheter des vêtements neufs en magasin apparaît de plus en plus comme un luxe, notamment pour les étudiant(e)s.
En dehors des braderies, de nombreux sites et groupes Facebook de vente de vêtements d'occasion ont émergés. Ce phénomène a révolutionné notre manière de faire du shopping, si je puis dire.

Pour ceux qui optent pour le shopping en ligne, et qui préfèrent rester chez eux bien au chaud, Internet nous propose THE réseau social du vide-dressing : Vinted. Il faut savoir que Vinted est "réservé" exclusivement à des acheteuses, et non des acheteurs. Mais qui sait, peut-être qu'un jour Vinted se dirigera vers des consommateurs masculins.
Egalement disponible comme application sur les smartphones, Vinted a débarqué en France en avril 2013.  La création de Vinted remonte quant à elle à 2009. Le concept est né d'une alliance entre une accro aux fringues et son ami développeur : Milda Mikute et Justas Janauskas, tous deux d'origine lituanienne.
Même si Vinted a investi tard sur le marché des sites de vide-dressing, l'application prend sans cesse de l'ampleur. La plateforme compte 400 000 utilisatrices en France et plus de 3 millions dans la monde, qui y cherchent de bonnes affaires, mais aussi des conseils mode et qui organisent parfois des échanges. La question est : pourquoi un tel succès ?
Vinted, c'est à la fois un réseau social de mode, et une "market place" de vente et d'échange de vêtements d'occasion. Les Vinties, à savoir les utilisatrices inscrites sur le site, sont des jeunes femmes âgées de 18 à 28 ans. Ce sont principalement des étudiantes, qui maîtrisent parfaitement les réseaux sociaux en règles générale. En-dehors de l'aspect "vente-échange" de Vinted, on y retrouve des forums où les Vinties discutent de sujets du quotidien, qu'elles ont en commun (en passant par le tuto make-up à leur vie sentimentale). C'est ce qui fait de ce site un réseau social à part entière. 
Vinted c'est : 5 millions de visites par mois en France, 60 millions à l'échelle globale, mais aussi 1 million d'articles postés sur le site de toutes marques confondues. Le chiffre d'affaire de l'entreprise n'est certes pas communiqué, mais en février dernier Vinted a fait une levée de fonds de 27 millions de dollars auprès de deux investisseurs, à savoir Insight Ventures et Acces Partners (source : RTL).

La transaction se fait de manière simple, rapide et sécurisée : tout d'abord, il suffit de créer un profil personnalisé. Les vinties peuvent ensuite s'abonner les unes aux autres. On crée par la suite ses articles en indiquant le prix d'achat de départ, le prix de vente, la taille, la couleur, la marque, avec une petite description accrocheuse et une voire plusieurs photos. 

En ce qui me concerne, j'utilise Vinted de manière fréquente depuis maintenant deux ans. Etant étudiante, en plus d'éviter de jeter les vêtements que je ne portais plus pour X raison, les vendre fut un moyen d'arrondir les fins de mois. Outre l'aspect financier, grâce à Vinted j'ai pu rencontrer des personnes formidables lors des remises en mains propres, et d'obtenir une "clientèle" fidèle. Et il faut dire aussi que toutes ces ventes m'ont permis de faire un peu de place dans mes placards pour acquérir de nouveaux vêtements de seconde-main, achetés ou échangés à des Vinties.

La seconde-main, Vinted & moi : #VintedStory

                                  
 paroles de Mélissa 

    Photo : Betty Autier, célèbre blogueuse mode

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire